Source: Externe

 

Non, ne descends pas au jardin ; tu me fatigues. Le gravier va craquer sous tes pas, et je croirai que tu écrases un lit de petites braises. Laisse ! que j'entende le jet d'eau qui gicle maigre et va tarir et le halètement de la chienne couchée sur la pierre chaude. Ne bouge pas ! 

 

Source: Externe

 

Depuis ce matin je guette, sous les feuilles évanouies de l'aristoloche, qui pendent comme des peaux, l'éveil du premier souffle de vent. Ah ! j'ai chaud ! Ah ! entendre, autour de notre maison, le bruit soyeux, d'éventail ouvert et refermé, d'un pigeon qui vole !

 

Source: Externe

 

J'ai chaud, mais... quelque chose a remué dans l'air... Est-ce seulement cette guêpe blonde ? Annonce-t-elle la fin de ce long jour ? Je m'abandonne à toi. Appelle sur moi le nuage, le soir, le sommeil. Tes doigts sous ma nuque y démêlent un moite désordre de cheveux...

Penche-toi, évente, de ton souffle, mes narines, et presse, contre mes dents, le sang acide de la groseille que tu mords...

Je ne murmure presque plus, et tu ne saurais dire si c'est d'aise... Ne t'en va pas si je dors : je feindrai d'ignorer que tu baises mes poignets et mes bras, rafraîchis, emperlés comme le col des alcarazas bruns...

 Extrait  du Voyage égoïste de Colette - Le jardin fébrile.

 

Source: Externe

 

En juin fais ce qu'il te plait au jardin.

c'est l'époque des roses pourpres ou délicates,

des pivoines, des hémérocalles et  des lys majestueux que nous aimons cultiver

pour le plaisir des yeux et de leur parfum...

 

Source: Externe

 

Hélas ici pas de chaleur encore, mais alternance de soleil et de pluie.

Je vous souhaite une bonne fin de semaine avec le retour du soleil.

LANDRIE

 

 

Source: Externe

 

Source: Externe